Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
Jean Gabin

Pépé le Moko (1936)

29 Mai 2006 , Rédigé par Philippe Publié dans #Biographie

Sur le plateau de Pépé le Moko (1936), on trouvait que Gabin jouait mou. En fait, il était en train de détacher pour de bon le cinéma du jeu théâtral. "Si mon personnage regarde une femme dont il est amoureux, et si cette femme est belle et désirable, c'est inutile de montrer trop mon envie de la sauter, car pour le spectateur, ça paraît évident". Dans sa casbah, Pépé est aussi l'incarnation définitive du romantisme du laissé-pour-compte. Gabin est prêt pour Marcel Carné. Mais auparavant, son Pépé influença les maquereaux de Pigalle qui se mirent à porter, négligemment croisés sur le cou, des foulards de soie pâle.

Le jour se lève, bâti sur des retours en arrière et aux décors influencés par l'expressionnisme allemand, effraya Gabin mais, au sortir de Quai des Brumes, il fit confiance au "môme Carné" et, une fois encore, affronta les réticences de leur producteur. A sa sortie, trois mois avant la déclaration de guerre, le film fut un bide mais devint un classique, notamment grâce aux scènes entre Gabin et Jules Berry. Même Arletty qui ne tournait pas ce jour-là vint voir s'affronter les deux monstres : "Il me fascinait tellement, se souvint Gabin, que j'en arrivais à m'arrêter de jouer pour le regarder faire. Aucun ne m'a épaté comme lui."

 

Partager cet article

Repost 0
Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :

Commenter cet article