Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
Jean Gabin

carré d'amis

29 Mai 2006 , Rédigé par Philippe Publié dans #Biographie

Devenu misanthrope et misogyne avec les années, Gabin s'était replié sur un dernier carré d'amis paradoxalement issus de cette grande famille du cinéma qu'il méprisait. Il y avait d'abord les réalisateurs qui, comme Henri Verneuil ou Gilles Grangier, lui fournirent plus d'une demi-douzaine de rôles. S'il dînait avec eux, vrai signe d'amitié, son admiration et sa reconnaissance allaient à Julien Duvivier et Jean Renoir. Marcel Carné, un temps, appartint aux deux cercles mais son peu d'empressement à imposer Marlène Dietrich en France le raya des listes. Aux côtés de Carné, il y avait bien sûr Jacques Prévert, le premier dialoguiste imposé par Gabin. A propos de Quai des Brumes, il existe de formidables documents où ils rigolent de leurs souvenirs. Prévert étouffe derrière son éternelle cigarette, et Gabin, acteur comme jamais, imite le producteur Rabinovitch envoûté par "Missieu Gabine" mais catastrophé par ce film où "Tout est sale !"....

Vint ensuite le temps de Michel Audiard, dit "le Cycliste" parce qu'il avait livré des journaux en triporteur. Ils tentaient de se coller sur le palmarès du Tour de France, les champions de boxe ou Céline. Audiard était de la garde rapprochée des dîners entre hommes (quand une femme était présente, Gabin jouait effrontément au joli coeur). Avec Paul Francoeur, Bernard Blier, Grangier et Lino Ventura, adopté dès Touchez pas au grisbi et qui avait le privilège de choisir les bistrots, c'était la grande bouffe et la franche rigolade jusqu'au petit matin, avec le sport et les chevaux pour seuls sujets sérieux.

Partager cet article

Repost 0

Commenter cet article