Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
Jean Gabin

Au ciel?...

21 Mai 2006 , Rédigé par Philippe Publié dans #Sa vie

Jean Gabin aura bientôt 70 ans. Il a désormais des exigences de star, tandis que les brouilles se multiplient, y compris avec son beau-fils, Jacky. Il se dit anarchiste, mais a néanmoins accepté de solliciter la Légion d'Honneur (1964), se prétend las des rôles stéréotypés qu'on lui propose, mais fuit les personnages qui ne lui correspondent pas. Son comportement familial se rapproche du patriarcat.
      Nous ne sommes pas surpris d'apprendre que ses rôles d'Auguste Maroilleur dans "
La Horse" (1970) ou de Gaston dans "L'Affaire Dominici", figurent désormais parmi ses préférés.
      Pourtant, entre-temps, il à tourné l'un de ses plus beaux films, tout au moins depuis "En Cas de Malheur", face à Simone Signoret dans "
Le Chat" (1970), de Pierre Granier-Deferre. Co-produit par la Gafer, l'oeuvre ne trouva pas le succès qu'elle méritait, laissant l'acteur dans une certaine amertume. Aussi, la suite et la fin furent plus conventionnelles et reconnues de ce grand public qui, en fin de compte, dirige la carrière des vedettes.

      En 1974, Gabin, pour la première fois depuis le début des années trente, enregistre un microsillon, interprétant notamment une chanson de Jean-Loup Dabadie, "
Maintenant Je Sais", grâce à laquelle il obtient une bonne place au hit-parade, le top cinquante de l'époque.

      En 1976, alors qu'il tourne son dernier film, "
L'Année Sainte", il accepte d'être maître de cérémonies à la présentation des Césars. A cette occasion, il retrouve Michèle Morgan, dont il souligne une dernière fois l'éternelle beauté de son regard. La réponse, sans surprise, nous rajeunît d'une quarantaine d'années.

      Le lundi 15 novembre de cette année-là, Jean Gabin s'éteint à l'hôpital américain de Neuilly. Il venait de décider la vente de La Pichonnière. Comme celles d'un marin, qu'il fut à deux reprises, ses cendres furent dispersées au large de Brest, emportant avec elles quelques une des plus belles pages du cinéma français

Partager cet article

Repost 0

Commenter cet article