Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
Jean Gabin

Au tapis...

21 Mai 2006 , Rédigé par Philippe Publié dans #Sa vie

Retrouvant Marlene en Allemagne -sur la tourelle de son char! - , Jean Gabin regagne la France. Le couple est sollicité par Carné et Prévert pour interpréter "les Portes de la Nuit", rôles qui échoueront finalement à Yves Montand et Nathalie Nattier. Car Jean voit enfin aboutir son projet, maintes fois rejeté, de tourner "Martin Roumagnac", sous la direction de Georges Lacombe . Malgré la présence du couple vedette, le film n'eut pas de succès. Et Marlène regagne son Amérique d'adoption, laissant Jean seul une nouvelle fois.

      Les temps sont durs pour les artistes d'avant-guerre . C'est en Italie que Gabin tourne un film intéressant, "
Au Delà des Grilles" (1948), réalisé par René Clément, avant de rejoindre Marcel Carné sur le plateau de "La Marie du Port" (1950), incarnée par la jeune Nicole Courcel. Le quadragénaire accepte enfin son âge et entame, avec cinq ans de retard, une deuxième carrière.

      Si les recettes des films qu'il interprète alors ne sont pas mirobolantes, il n'en demeure pas moins que l'on revoit aujourd'hui avec beaucoup de plaisr les bandes de cette époque. "
La Nuit est Mon Royaume" (1951) lui permet de recevoir le prix du meilleur acteur au Festival de Venise 1952. Son apparition dans un sketch de "Le Plaisir" (1951) est d'une grande sobriété. "La vérité sur Bébé Donge" (1951), avec Danielle Darrieux, est une bonne adaptation d'un roman psychologique de Georges Simenon. "La Minute de Vérité" (1952) permet de reconstituer le couple Gabin / Morgan. "Touchez-pas au Grisbi" est le premier film noir de Jacques Becker. "Razzia sur la Chnouf" marque la rencontre de deux fortes personnalités du cinéma français, dont l'une reste encore à découvrir, Lino Ventura, à qui Gabin mit le pied à l'étrier...

      Et puis comment ne pas évoquer les magistrales retrouvailles avec Jean Renoir, enfin de retour en France, dans cet admirable film que demeure "
French Can Can". Les deux hommes étaient en froid depuis que le maître était devenu un "Amerloque". A cet occasion, Gabin tourne son premier film en couleurs.

Partager cet article

Repost 0
Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :

Commenter cet article